Accueil‎ > ‎Retours à Oulad Abbou‎ > ‎

Retour au sein maternel

Hors du temps…

Le désir d’un abri est profond et étrange ; un grand abri est signe de confort et de richesse, mais un petit abri reste la part du rêve fondamental, le retour au sein maternel.

L’enfant aux cheveux dorés construit des cabanes et invite l’enfant aux yeux noirs qui est moins audacieux. Tous deux cherchent à retrouver la fonction initiale de l’abri tout en restant au contact de la nature.

Dormir dans une cabane, sentir la terre sous son corps, savoir que le ciel et les étoiles sont là, au-dessus, avoir vraiment peur du vent sont des sensations qui façonnent une âme.

Et si on laisse un enfant rêver sa vie, si on se dit que l’enfant a connu la terre, le ciel, le vent, dans le ventre de sa mère, alors, avec le cœur, on comprend pourquoi son activité préférée est de faire des cabanes.

La noualla réveille le désir, elle donne à rêver.

Page suivante : Le marabout