Accueil‎ > ‎Retours à Oulad Abbou‎ > ‎

Le rêve

La nouallaHors du temps…

Il y a un rêve que je fais souvent depuis que j’ai quitté Oulad Abbou :

Nous sommes dans notre maison du bled et nous nous y réinstallons. Tout se met en place peu à peu et j’ai une conscience très précise de la facilité avec laquelle la mise en route se déroule. Nous nous trouvons presque toujours dans la cuisine et j’entends bien les bruits familiers, je vois les choses, je reconnais les gens. Pourtant, le rêve finit toujours sur le problème insurmontable de l’eau qui empêche notre réappropriation de la maison.

 Alors je me réveille, heureuse de mon voyage au pays des songes, mais amère devant la réalité toujours décevante. Ce rêve se répète identique à lui-même, sauf une seule fois.

Je suis dans la chambre de mes parents et un homme arrose mon ventre avec un jet d’eau ; il inonde la chambre.

J’ai cru que ce rêve clôturerait tous les autres, mais le rêve initial et récurrent est revenu.

Le rêve montre la part du désir blessé et révèle en nous la marque indélébile du temps.

Page suivante : La noualla