Accueil‎ > ‎Retours à Oulad Abbou‎ > ‎

La princesse

Hors du temps…

Un jour, j’ai invité chez moi, au bled, une amie de pension marocaine, berbère, plus précisément. Son père nous y avait conduites. Seuls mes parents et moi-même savions qu’il avait été l’un des plus grands caïds du Sud et qu’elle était une princesse, mais à l’heure de notre amitié, ils étaient déchus. Pourtant, dès que nous avons pénétré dans la cour de la ferme, nos ouvriers sont venus se prosterner devant lui, en demandant sa bénédiction. Le plus beau geste a été celui de mon amie-princesse qui a embrassé les jeunes filles qu’elle a rencontrées.

Pages suivante : L'incendie